Noël Montessori : doit-on parler du Père Noël aux enfants ?

Est-il acceptable d’introduire un personnage de fiction dans l’univers d’un enfant, en l’occurrence le Père Noël, en le présentant comme réel ? Plus particulièrement dans le cadre d’une éducation Montessori ? Tel est l’objet de notre réflexion du jour.



Pas de Noël… sans Père Noël


Il n'y a pour ainsi dire pas de Noël sans Père Noël : des cartes de vœux aux mannequins dans les vitrines des grands magasins, des silhouettes escaladant les façades aux décorations lumineuses de la municipalité, des chansons de Tino Rossi aux pulls de Bridget Jones, le joyeux vieillard, tout vêtu de rouge, est omniprésent ; dans notre environnement direct comme dans l’inconscient collectif. Et bien sûr, dans l'esprit des enfants, à qui il semble à la fois familier et mystérieux. Gentil et impressionnant. Généreux, mais quelque peu moralisateur ! Chacun a sa vision du Père Noël. Mais comment présenter le père Noël aux enfants dans le cadre d'une éducation Montessori ? Et d’abord, est-ce bien indiqué ?


Le Père Noël, une question délicate dans la pédagogie Montessori


Compte tenu de l'importance que Maria Montessori attachait à la nécessité de ne pas tromper les enfants et de les mettre dans les bonnes conditions pour appréhender la réalité, la question se pose inévitablement. Est-il juste de présenter aux enfants comme une réalité, un "conte de fées" à propos d’un grand-père (ô combien athlétique et altruiste) qui distribuerait des cadeaux aux enfants, la nuit de Noël, à bord d’un traîneau volant tiré par neuf rennes aussi magiques qu’infatigables ? Est-il juste de présenter comme réel un personnage de fiction dont l'inexistence sera tôt ou tard révélée ? Quelles conséquences cette découverte peut-elle avoir sur la relation de confiance que les parents mettent en place et entretiennent avec leur enfant ?


Célébrer Noël, l’avis de différentes écoles Montessori


Parmi les grands noms actuels de l’éducation Montessori, il n'y a pas de position unique, ni véritablement tranchée sur le sujet : pour certains, mieux vaut éviter de trop parler du bon vieillard, pour d'autres, il est sans hésitation bénéfique d’évoquer son existence (si vous ne les faites pas, d’autres s’en chargeront), avec quelques précautions à observer. Dans les écoles Montessori, Noël est ainsi célébré de différentes manières. Traditionnellement, on y trouvait une crèche… Aujourd'hui, c’est encore le cas dans certaines écoles Montessori, qui, en revanche, s’en servent pour célébrer la naissance et l’enfant dans un contexte bien moins religieux qu’interculturel et pédagogique ; dans d'autres écoles, on célèbre mordicus l'arrivée du Père Noël, digne représentant de la fête des enfants.


Noël Montessori, une fête adaptée aux enfants


Au-delà de la manière dont on décide de présenter Noël aux enfants à la maison, l’important pour un Noël dans "l'esprit Montessori", c’est que la fête soit adaptée aux enfants. N’est-elle pas une célébration quasi-universelle de la naissance, de la vie, de la joie pour un adulte d'avoir des enfants avec soi ? Quelle que soit la valeur religieuse que l'on souhaite attribuer à Noël, cette fête est à l’origine la célébration de la naissance de Jésus. Pour ceux qui ne croient pas, elle demeure toutefois l’occasion idéale pour célébrer tous les enfants qui naissent : une occasion qui se prête, sans aucun doute, à l'échange de cadeaux. Sans pour autant servir d’excuse consumériste ! L'objectif n’étant pas, ni pour l‘adulte ni pour l’enfant, de courir après les cadeaux les plus ostentatoires et les plus chers, mais bien de construire et d’évoluer dans une atmosphère sereine et positive, dans laquelle les rythmes des enfants, véritables protagonistes de la fête, sont respectés.


Noël, juste milieu entre réel et merveilleux


Si Noël devient un jour de stress pour l'enfant (comme pour l'adulte, par ailleurs), ce Noël n’est pas un Noël Montessori. Si vous vous énervez, parce que vous devez attendre pour manger parce que votre tante est en retard, où que vous ne pouvez pas ouvrir les cadeaux parce que votre cousin n'est pas là, où que vous devenez un obstacle pour votre maman ou votre papa qui sont trop affairés dans la cuisine ou avec les invités, l'esprit de la fête en pâtit. Ceci dit, il n’existe pas de réveillon de Noël parfait : si chacun fait de son mieux et réalise sa chance de passer Noël en famille, Noël ne peut être que réussi. Présence du Père Noël souhaitée ou non. Maria Montessori nous enseigne que les enfants sont des explorateurs infatigables de la réalité, et qu’il faut donc leur donner la possibilité de l'observer et de la comprendre. Il y a tellement de "vrai" à découvrir qu'il n'est pas forcément nécessaire d'en rajouter, surtout pendant les premières années de la vie de l’enfant, au cours desquelles il apprend en "absorbant" tout ce qu'il expérimente. Ainsi, au moins en ce qui concerne les touts petits, il convient de trouver un juste milieu, de ne pas trop mélanger les cartes entre le réel et le merveilleux. Du reste, tout dépend, en ce qui concerne Noël comme les autres contes de fées, de votre propre rapport audit monde merveilleux, et de la nécessité personnelle que vous accordez à la rêverie.


Rennes volants et autres animaux fantastiques


Si vous décidez de raconter à votre enfant l'histoire d'un personnage légendaire qui lui apporte des cadeaux chaque hiver, faites-le ! À vous de voir si vous préférez éviter les rennes volants ou l’entrée par la cheminée, qui sont des éléments quelque peu surréalistes... Mais le sont-ils réellement plus que l’ensemble de l’histoire ? Ou que d’autres croyances personnelles… N’avons-nous pas besoin, en tant qu’adultes, de cette féerie et du rite de transmission orale qui en découle ? Ceci est un autre débat. L'enfant qui cherche des éléments fictifs dans le réel ne pourra évidemment pas les trouver, mais quoi qu’il en soit, ces éléments n'ajoutent ni n’enlèvent rien à son émerveillement face à la réalité elle-même. Pour un enfant, les oiseaux et les écureuils sont déjà extraordinaires… À vous de juger si, à Noël, Rudolph le renne et les huit autres camarades volants du Père Noël doivent cohabiter avec ces animaux fantastiques.


Le mensonge du Père Noël, une trahison… toute relative


Quant au risque de voir ce "mensonge" de papa et maman sur « qui apporte les cadeaux à Noël » ébranler la confiance des enfants envers leurs parents, lorsqu'ils finiront par découvrir la vérité, il est assez mince… L’enfant qui grandit ayant très vite conscience qu’un besoin de rêverie, de merveilleux et d’évasion comblé à l’âge adulte par de jolies histoires racontées aux enfants n’est pas vraiment la pierre angulaire d’une relation de confiance ; que ce qui compte, c'est de ne pas tromper les enfants sur les aspects importants de la vie familiale, qui les concerne directement. Dire que tout va bien, s'il y a un problème à la maison, est une attitude bien plus problématique que le « mensonge du Père Noël ». Elle produit anxiété et confusion. Apprendre à présenter les petites comme les grandes adversités auxquelles une famille doit faire face s’avèrera bien plus constructif que de faire le choix de priver complètement un enfant de magie, fût-ce été pour son bien. En outre, il n'est pas nécessairement vrai qu'en découvrant que le Père Noël n'existe pas, les enfants vivent les "mensonges" de leurs parents à son sujet comme une véritable trahison. Chaque enfant réagit à sa manière : certains souffrent et accusent leur papa et leur maman de les avoir trompés, d'autres ne font pas d'histoires, ou encore -lorsque leurs parents avouent « avoir menti »- déclarent qu'ils savaient depuis longtemps que tout cela n'était qu'une invention. Le monde extérieur se charge malheureusement bien vite de semer le doute et de balayer les rêves… Quant aux enfants à qui l'on dit immédiatement « la vérité », on prend le risque de les voir nous reprocher, une fois adultes, d'avoir été privés d'un peu de "magie de Noël".


Noël, avant tout la joie d’être ensemble


Voilà pourquoi, en somme, nous ne devons sans doute pas trop nous inquiéter de ce que nous décidons de raconter aux enfants au sujet du Père Noël. L'important est d’adapter le principe de réalité et de rêverie à vos propres valeurs, et surtout, de faire de Noël une occasion privilégiée d'être ensemble dans la joie, dès les préparatifs de la fête. Notez, enfin, que la figure du Père Noël, selon la manière dont on choisit de la présenter, peut être l’occasion d'introduire des récits historiques, culturels et anthropologiques, de raconter les mythes et légendes qui l’entourent et en sont à l’origine : Saint-Nicolas, protecteur des enfants ; la décoration du sapin ; la bûche de Noël ; la couronne de Noël ; la crèche ou encore le calendrier de l’avent. Noël, c’est également l’occasion de retomber en enfance avec vos propres enfants. Et pourquoi pas, de vous questionner sur l’existence du Père Noël… Pablo Picasso ne disait-il pas : « Tout ce qui peut être imaginé est réel » ? En cette période de fêtes, nous nous plaisons à penser qu’il avait raison.